Baobe
Pseudo : 
Mot de passe : 

 Se connecter automatiquement à chaque visite


J'ai oublié mon mot de passe
catrow.CATEGORY
   S'enregistrer
Page d'accueil   Accueil
catrow.CATEGORY
   BaôBé
   Le Chaudron
   Enfant'In
   Les Ailes du Temps
catrow.CATEGORY
   Paye
   Documents
catrow.CATEGORY
   Urgences
   Développement
   Règlementations
catrow.CATEGORY
   Annonces
   Liens
   Histoires
Fonds d'écran, fonds MSN, avatars... et un service de cartes de voeux ou de wallpapers personnalisés.   Goodies
   Coloriages en ligne
   Coloriages à imprimer
   Gribouillages
   Jeux Flash
   Programmes TV
   Météo
   Livre d'or
   A propos de BaôBé
Cliquez ici pour accéder aux réglages du lecteur  
gratin de pates, saumon et brocolis
pour 4 personnes

-250g de pâtes
-250g de saumon fumé
-200g de brocolis
-250g de mascarpone
-1 jaune d'oeuf
-400g de gruyère
-1 cuillère à soupe de moutarde
-1 pincée de basilic
-sel et poivre.



Préfauchez votre four à 180°.

Faites cuire le brocoli 10 minutes dans de l'eau bouillante salée et poivrée.

Faites cuire vos pâtes dans de l'eau bouillante salée.

Dans une casserole à feu très doux, faites fondre le mascarpone, ajouttez le saumon émietté, le brocoli, le basilic.

Arrêtez la cuisson et ajouter la cuillère de moutarde et le jaune d'oeuf et mélanger.

Egoutter les pâtes et les dipsosez dans un plat à gratin.

Ajoutter la préparation sur les pâtes, couvrir de gruyère puis cuire au four.



Retirez dès que le gruyère est gratiné puis dégustez.
 
Flo pas rêver


Ding Dong !

La sonnette de l'entrée retentit. En ce pluvieux matin d'automne,
Flo n'avait envie de voir personne. Elle était fatiguée, enrhumée. En trainant les pieds, elle se dirigea vers la salle de bain pour y préparer un bon café puis se fit couler un bain dans la cuisine. Son esprit n'était pas très clair. Tout résonnait dans sa tête et le ding dong insistant du carillon lui vrillait les tympans !

Ding Dong !

Oh mais ça va hein dit-elle en ouvrant la porte ! C'était le facteur qui, souriant, proposait ses calendriers.

Pffffffffff il tombe bien celui là. Flo le regardait de ses yeux explosés et l'écoutait sans vraiment l'entendre.

Oui oui, les trois chats sur le coussin, ça ira très bien. Elle récupéra le calendrier, tendit un billet et referma la porte. Ouf !
Puis rangeant prestement son achat dans la poubelle, je hais les chats se dit elle, qu'un nouveau ding dong résonna dans sa tête tel un coup de massue.

Ding Dong !

Putain c'est pas vrai, on peut pas être tranquille lâcha-t-elle en vociférant, de la haine dans les yeux.
Et une voix derrière la porte dit : C'est les pompiers Madame, c'est pour le calendrier.


Flo se radoucit car elle aimait bien les pompiers. Elle entrebâilla la porte, prit le calendrier avec le joli camion rouge, tendit son billet et referma, sans parole ! Son nez coulait comme une fontaine, la réserve de mouchoirs fondait comme neige au soleil et elle ne voulait qu'une chose : se plonger dans un bon bain pour se réchauffer et retourner au lit.

Elle pensait que cette journée serait difficile, elle avait raison.


Flo, après avoir rangé son deuxième calendrier au même endroit que le premier, dans la poubelle, car elle aimait bien les pompiers mais pas les camions rouges, se dévêtit rapidement et se plongea dans le bain tant désiré. Mais à peine avait-elle mis un pied dans l'eau qu'elle se mit à hurler ! L'eau était glacée et trouble ! D'un bond elle sortit de la baignoire et se rappela le bruit dans la rue. Il y avait eu des travaux tôt ce matin et une coupure de courant.

Elle se mit à chercher le numéro du concierge en marmonnant de plus belle. Ce n'était vraiment pas sa journée, elle aurait dû rester couchée !

Ding Dong !

- OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII cria-t-elle.
- Chais vote congiege por leche etrennes Machame.

Le concierge se dit Flo, il tombe bien celui là, je vais lui en donner des étrennes moi ! et, furax, elle alla ouvrir la porte. Pour bien bien tomber, il tomba bien le bougre, même à la renverse, et ce n'était pas par peur en voyant Flo mais de surprise car la belle avait oublié de se rhabiller et elle était nue devant lui.


Vla aut'chose pensa-t-elle, qu'est-ce qu'il lui arrive à celui-là ?

- Ça va ? Vous vous êtes fait mal ? Attendez je vais vous aider à vous relever dit-elle tout en se penchant vers lui.
- Cha vache, cha vache, mais euh... Machame... Vous...
chavez pas voche chabits et...

A ces mots, Flo réalisa la situation ubuesque dans laquelle elle se trouvait. Surtout que le facteur et les pompiers étaient toujours devant chez elle et la regardaient, nue, penchée sur le concierge.

Le ciel
lui serait tombé dessus que ça ne lui aurait pas fait plus d'effet ! Roooooo la honte pensa-t-elle, et lâchant le pauvre homme qui se retrouva au sol, Flo claqua violemment la porte sur les doigts de celui ci. Un cri bestial retentit :

Ouaaaaaaaaaa, Counache (excusez-moi, je ne connais pas trop le portouguaiche)

ameutant le voisinage et
fit revenir le facteur et les pompiers.
Le facteur cria :

Eh mec ! Garde tes doigts dans la porte, mets la en veilleuse et essaie de pousser pour r'ouvrir cte porte ! Didiou l'est trop bonne cte meuf !

Pendant ce temps,
le mari de flo garait sa voiture en bas de la rue sans se douter un instant que des loups à la Tex Avery squattaient devant sa porte. Il remonta tranquillement vers chez lui lorsqu'il aperçu un attroupement sur le trottoir face à son appartement, il demanda à un pompier qui était du groupe ce qui se passait. Tout excité l'homme au casque chromé lui narra :

C'est la nana qui habite ici qui fait des folies de son corps avec le concierge de l'immeuble, et en plus à poil devant la porte... Attendez autant elle revient....


Monsieur Flo sentit le rouge lui monter aux joues et se dit qu'il devait y avoir une explication. Pas possible tout ça, pas possible...
Il bouscula l'attroupement et trouva Madame Flo, assise dans l'entrée, recouverte d'un rideau par la boulangère du second, la moumoute du concierge entre les mains, répétant Ding dong frère Jacques, frère Jacques ...

Elle était brulante, claquait des dents mais continuait à chanter. Pin Pon les pompiers, la maison qui brule...

Ding Dong !

Flo écarquilla les yeux et se mit à hurler
Y'a persoonnnneeeeeeeeuuuuuuuuuuuuuuuuu !


Mon dieu se dit le mari, ma femme est devenue folle, puis reprenant ses esprits et se rappelant les mots du soldat du feu, se dirigea en courant chez Mr Gomes le concierge. Arrivé devant la loge de celui ci, il appuya comme un fou sur la sonnette, ding dong, ding dong, ding dong, ding dong, ding dong et une voix cria :

- Qui ché qui chone ?
- Ouvre et tu vas voir qui ché qui chone !


Alors que monsieur Flo se préparait a lui mettre son poing dans la figure, il vit sa femme courir vers lui et lui dire d'une voix nasillarde :

Arrêbe toi bon chéri, bien à la baison je bais t'espliquer !

Et le tirant par le bras d'une main, tenant son mouchoir sur le nez de l'autre, voici notre couple sur le chemin des explications snifardes. La pauvre Flo
était fiévreuse, ses jambes flageolantes la tenaient à peine mais elle avançait tenant monsieur Flo par la manche.
le rideau s'entortillait sur ses pieds et plusieurs fois, elle avait manqué se vautrer.

Rentre à la baison et assieds toi lui dit-elle d'une voix éteinte.

Elle prit une grande respiration et
commença son récit :

Chéri, j'ai fait tout ça afin d'obtenir ce magnifique rideau brodé main et totalement... TRANSPARENT hurla-t-elle en se voyant dans la glace face au fauteuil !

Monsieur Flo avait des yeux de loup pensant "héhé l'est core pas mal foutue pour son âge" mais soudain il réalisa
que tout le monde avait pensé la même chose en bavant alors il se leva d'un bond et ferma la porte brusquement devant le regard éberlué du pompier, du concierge et du facteur qui étaient encore plantés sur le palier.

aaaiiiiiieeeeeeeeuuuuuuuuuu ! hurla-t-il !

Un cri de bête agonisante se propagea dans tout l'immeuble ! il venait de claquer la porte sur ses doigts et
Flo se rua sur la porte pour la rouvrir. Mais, derrière, toute notre assemblée attendait. Elle apparue donc encore une fois en tenue d'Eve drapée dans un rideau transparent à la grande joie de ces messieurs qui crièrent :

LA VOILA ! LA VOILA !

La pauvre Flo était
horrifiée de voir tant de monde devant chez elle. Il y avait même l'équipe locale de télévision ! Elle reclaqua la porte et courut enfiler un pyjama. De la chambre elle entendait son mari hurler à la mort, la porte s'étant à nouveau refermée sur ses doigts !

Ding Dong !

Mais quoi encore ?

Monsieur Flo soupira d'aise quand la porte se rouvrit sur une bouille hilare : la voirie qui passait pour le calendrier... Mais qui fut bien déçue en voyant apparaitre Flo dans son pyjama en pilou. L'éboueur, pensant s'être trompé d'étage, fit
demi-tour.

Flo hurla à son mari

toi tu la fermes de suite, il te reste core 7 doigts et pour ce que tu en fais c'est largement suffisant !

Puis, de sa voix la plus mielleuse, elle appela l'éboueur

Eh toi ! ! Viens là avec tes 10 doigts ! Je vais te montrer mon ...

Ding Dong !

Ah nan pensa Flo ça ne va pas recommencer. Ce n'était que le réveil, qui tira Flo de ce vilain rêve.
Et la tête dans les chaussettes, complètement groggy par les médicaments pour soigner son rhume, elle alla dans la cuisine pour s'y préparer un bon café, instant précis où résonna à la porte d'entrée

DING DONG ! DING DONG !

Flo ne broncha pas, bu son café, et comme si de rien était, retourna se coucher, sait-on jamais...



Texte élaboré entre le 7 et le 15 décembre 2010 sur le forum de Baô Bé par Alix, Blossom, Christeo, flo, francoue, GigiLune, Hugues et Papillonne.
 sommaire
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31
13 12 2019
Sainte Luce

SMIC
au 1er janvier 2019


10,03 € brut
7,82 € net

Nous pouvons beaucoup apprendre des enfants, par exemple jusqu'où va notre patience.

Franklin P. Jones
Vous aimez les enfants
non
30%
 30% [13] 
chez les autres
11%
 11% [5] 
bien cuits
2%
 2% [1] 
au porto
2%
 2% [1] 
endormis
9%
 9% [4] 
adultes
6%
 6% [3] 
à la télé
2%
 2% [1] 
de loin
11%
 11% [5] 
les quoi ?
23%
 23% [10] 
votes : 43