Baobe
Pseudo : 
Mot de passe : 

 Se connecter automatiquement à chaque visite


J'ai oublié mon mot de passe
catrow.CATEGORY
   S'enregistrer
Page d'accueil   Accueil
catrow.CATEGORY
   BaôBé
   Le Chaudron
   Enfant'In
   Les Ailes du Temps
catrow.CATEGORY
   Paye
   Documents
catrow.CATEGORY
   Urgences
   Développement
   Règlementations
catrow.CATEGORY
   Annonces
   Liens
   Histoires
Fonds d'écran, fonds MSN, avatars... et un service de cartes de voeux ou de wallpapers personnalisés.   Goodies
   Coloriages en ligne
   Coloriages à imprimer
   Gribouillages
   Jeux Flash
   Programmes TV
   Météo
   Livre d'or
   A propos de BaôBé
Cliquez ici pour accéder aux réglages du lecteur  
Salade composée aux endives
Pour 6 personnes

4 endives
200 g de jambon blanc
(en dés ou fines lanières)
120 g de Boursin Salade noisettes et noix
2 carottes
400 g de
marrons au naturel

Pour la sauce

2 échalotes
5 cuillères à soupe d'huile
3 cuillères à soupe de vinaigre balsamique
Sel, poivre
Persil, ciboulette
1 cuillère à café de moutarde


Laver et émincer les endives. Laver et râper les carottes.
Dans un saladier, mettre les endives, les carottes, le jambon, le Boursin noisettes, les noix et les marrons.

Confectionner la sauce : Peler et hacher les échalotes, les mettre dans un bol, ajouter l'huile, le vinaigre, la moutarde, sel et poivre, persil et ciboulette ciselés. Bien fouetter pour émulsionner la sauce.

Mélanger tous les ingrédients, ajouter la sauce puis mélanger de nouveau.

Réserver la salade au réfrigérateur jusqu'au moment de déguster.
 
After the night

- Dis Papy, c'était comment avant ?
- Avant quoi Gamin ?

- Tu sais bien Papy, avant, quand il y avait le soleil qui brillait dans le ciel !
- Tu me prends pour une bille ? Tu le saurais Gamin, si tu ne vivais pas la nuit. Mais voilà, tu as choisi ton camp, celui des noctambules....
- Pourtant c'est si bien de sentir
l'odeur des poubelles à la sortie des boites de nuit.

Eh oui, nos deux amis d'enfance avait pris l'habitude, en ces vacances d'été,
de marcher la nuit dans les ruelles encore chaudes et par ces doux parfums qui les enivraient. Le plus grand, que son copain appelait Papy, sortait de temps en temps le jour mais il préférait les endroits sombres et glauques de Ghotam City.
Le plus jeune, surnommé Gamin, se contentait de la nuit et de ses "habitants".
Il n'avait pas vu le soleil depuis si longtemps... En fait depuis que
François, un pote corse, lui avait dit que la journée il fallait travailler et ça ce n'était pas dans les habitudes de Gamin.
Alors, de but en blanc, il
se mit à errer en nocturne et à dormir la journée, comme un vampire ! Papy suivait quand il pouvait mais ne se gênait pas pour secouer son ami de toujours :

- Gamin, bouge de là et viens voir ce qui se passe au soleil, viens voir ce que tu as oublié ! Viens sentir l'odeur de la mer et oublie celle du moisi dans lequel tu vis !


Au détour d'une ruelle ils étaient arrivés sur une petite place ou régnait une ambiance d'outre tombe, entre les immondices débordant des containers, des bigreneurs, sorte de rat à pattes d'autruche, déambulaient en criant yoorkkkkkkkkkkk, yoorkkkkkkkkkkk.

Gamin commença par avoir un recul, mais devait-il pour cela quitter les profondeurs de la nuit ? Ce qui l'attendait au jour n'était-il pas si terrible que ça ?
Il ne pu continuer sa réflexion, les bigreneurs s'approchaient dangereusement et
il dût rentrer dans un petit bar tranquille et plein de monde à l'abri de la rue.
Dehors les bigreneurs cherchaient leur pitance quotidienne : du jambon
(d'où leur cri) de dahu. C'est alors que Gamin eu l'idée de téléphoner à Hugues qui était parti à la chasse. N'ayant pas son numéro il appela Menthe sa soeur.

- Menthe allo !
- Non c'est Grenadine sa sœur. Elle joue au diabolo, Menthe.

- Pas grave, dis moi, aurais tu le numéro d'Hugues ? Tu sais ? Le père noël alsacien...

Pendant que la sœur Sironimo cherchait, Gamin regarda par la fenêtre et vit Papy qui
se soulageait sur le mur de la gendarmerie mais qui n'avait pas remarqué qu'un bigreneur était derrière lui et l'observait d'un œil lubrique. Surpris notre bigreneur jamais de sa vie il n'avait vu cela : l'être devant lui se soulageait debout ! Mais qu'importe l'art et la manière de faire, devant lui se présentait un steak sur 2 pattes. Hummmmmmmmmmmmm ! Puis tapant sur l'épaule de Papy qui se reboutonnait prestement, lui dit d'une voix suave :

- Dis moi ma poule, tu ne veux pas venir à la maison y'a des oiseaux qui chantent ?


Le bigreneur en fait était une bigreneuse bien en chair et blonde de surcroit.
Elle regardait avec avidité les deux jambonneaux de Papy...

Son coup d'œil n'avait pas échappé à Gamin qui
l'esprit coquin s'empressa de téléphoner à son ami Hugues, le père noël alsacien. Papy allait-il connaitre Noël avant l'heure ? Papy allait il faire de la résistance ?

Mais toujours point de Hugues au bigophone, ou était il Hugues ? Au frais ?

Hugues ne pouvait pas répondre, une crapotte bulgueuse avait avalé son téléphone. Mais ça seul Aimable (et son orchestre) pouvait le savoir.

C'est d'ailleurs
à ce moment précis que le jour se levait, les premiers rayons du soleil perçaient à travers les nuages et la bigreneuse avait envouté le Papy, qui, succombant à son charme, était parti avec elle, laissant seul Gamin dans le bar. Il sorti du troquet du Mistral, et protégeant ses yeux de la clarté du petit matin à l'aide d'une gougnoufette, il demanda aux clients si l'ami Ricoré venait pour le petit déjeuner.

Puis, fatigué, descendant sur les berges du Grodon, rivière de Gotham, il héla Bernard Hinaud qui passait en pédalo.


- Héeeeeee mec, tu peux me poser en Corse à donf car je suis dans de beaux draps (15 euros la paire à la Samaritaine)

Aprés avoir vécu la nuit, Gamin continua sa longue existance dans la bergerie d'Yvan Colonna qu'il avait racheté pour 650 extrums. Il se maria avec Annonciade et eu 2 garçons et 3 petits enfants.

Il possède maintenant un élevage de bigreneurs (un couple, mais 50 bêtes pour la prime aux bigreneurs) que lui a envoyer Papy (merci il va bien) et de temps en temps, lorsqu'il emmène ses descendants à la plage, ses petits enfants lui demandent...


- Dis Papy, c'était comment avant ?

:tchin:


Texte élaboré entre le 24 et le 27 août 2010 sur le forum de Baô Bé par Alix, Christeo, francoue, Hugues, Martine, Myssa, Papillonne et Sylvie.
 sommaire
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31
18 07 2019
Saint Frédéric

SMIC
au 1er janvier 2019


10,03 € brut
7,82 € net

Il vaut mieux que les enfants rougissent des parents que les parents des enfants.

Raymond Queneau
Vous aimez les enfants
non
24%
 24% [9] 
chez les autres
13%
 13% [5] 
bien cuits
2%
 2% [1] 
au porto
2%
 2% [1] 
endormis
10%
 10% [4] 
adultes
5%
 5% [2] 
à la télé
2%
 2% [1] 
de loin
13%
 13% [5] 
les quoi ?
24%
 24% [9] 
votes : 37